02/08/2012

Communiqué de Maxime PREVOT Bourgmestre de Namur

IMG_3625 (Copier).JPGVous trouverez ci-dessous le communiqué que vient de diffuser Monsieur le Bourgmestre Maxime PREVOT suite à l'annonce de la libération possible de Michelle MARTIN. Merci d'en prendre connaissance !

" Comme convenu, j’ai réuni ce matin autour de moi les divers responsables de la Police locale concernés afin de faire le point sur la gestion des aspects collatéraux de la décision judiciaire – mais non judicieuse à mon estime… – relative à la libération conditionnelle de Michèle Martin.

Dès hier soir, un rassemblement spontané d’une septantaine de personnes s’est déroulé sur place dans le calme, suivi toutefois par quelques individus excités et menaçants. La police a pu rétablir un climat serein. Cette nuit, des parties du mur d’enceinte du couvent ont été taguées de grandes lettres blanches « NON NON NON MM ». 

J’ai demandé aux forces de police de renforcer leur présence, tant pour gérer les problèmes de circulation qu’un certain « tourisme de mauvais aloi » génère depuis quelques heures, que pour garantir la sécurité et la sérénité du quartier, habituellement très paisible.

Les réseaux sociaux sont en ébullition, avec des appels à manifestation en tous sens, souvent de manière anarchique. Les forces de police assurent une vigilance constante du Web et sont en contact permanent avec les potentiels initiateurs de ces manifestations, que je n’ai pas l’intention d’empêcher mais uniquement d’encadrer au mieux pour éviter tout débordement.

A nouveau, et je le déplore, c’est par voie de presse que j’apprends que le Pouvoir judiciaire aurait l’intention d’organiser une réunion avec la Ville dans le courant de la semaine prochaine. Un contact a toutefois été pris ce matin par mon cabinet avec le Parquet qui nous indique que le cabinet de la ministre de la Justice Turtelboom aurait l’intention d’organiser une réunion….à la mi-août. J ’ai également eu la Sœur Abbesse au téléphone dans le cadre des mesures de maintien de l’ordre que j’ai mises en place ce jour. 

Pour ma part, je me réserve le droit d’organiser une réunion d’information avec les riverains en début de semaine prochaine afin de partager avec la population malonnoise tous les éléments d’information utiles en notre possession. J’y convierais aussi un magistrat ou un professeur d’université afin que les riverains puissent poser leurs questions sur les tenants et aboutissants d’une telle décision de libération sous condition. 

Même si l’exécution de la décision du TAP est actuellement suspendue par le recours en cassation intenté par le procureur Général de Mons et qu’il faut attendre que la Cour de Cassation se prononce d’ici la fin du mois pour savoir si la venue de Michèle Martin sera confirmée ou non, j’ai dès à présent adressé un courrier à la Ministre de la Justice et au Procureur Général de Mons en insistant sur les troubles à l’ordre public que cette décision suscite déjà et ne manquera pas de générer encore. Il parait indéniable qu’une modification de notre arsenal législatif devra s’opérer, notamment en vue de permettre d’aller en appel d’une décision prise par un Tribunal d’application des peines et ainsi à nouveau étudier et trancher le dossier sur le fond. En effet, la Cour de Cassation ne peut, elle, se prononcer que sur des questions de forme ou de défaut de motivation. 

Les commentaires sont fermés.