07/08/2012

Malonne: Le débat entre Maxime Prévot et les malonnois sur l'affaire Martin

IMG_4396 (Copier).JPGSalle comble ce soir au Champs Ha où Maxime Prevot, Bourgmestre de Namur, est venu à la rencontre de la population malonnoise afin d'apporter réponse aux nombreuses questions que suscite la venue de Michelle Martin dans le village. Dans le but d'être le plus précis possible, Maxime Prévot était accompagné de Monsieur Philippe Dulieu, Procureur du Roi à Namur, de Monsieur Pierre Jacobs, Chef de Corps de la Police de Namur, débat animé par le modérateur Jacques Bredael. Parmis les 25O personnes de l'assistance, composée essentiellement de malonnois, on remarquait la présence de Monsieur Jean Denis Lejeune, papa de la petite Julie ainsi que de quelques personnalités politiques locales. Le bourgmestre a d'abord rappelé que la décision judiciaire était actuellement suspendue: "Il faudra attendre l'arrêt de la cour de cassation le 21 ou le 28 août". Il a également rappelé que la Ville "n'a été en rien informée de cette décision". Beaucoup de Malonnois ont interrogé Maxime Prévot ces derniers jours. "Ils m'ont demandé pourquoi je ne m'opposais pas à cette décision. Mais je n'ai rien autorisé du tout. J'assume maintenant les conséquences collatérales d'une décision de justice". Philippe Dulieu a ensuite expliqué les règles de procédure d'une libération conditionnelle. Jean-Denis Lejeune était présent dans l'assemblée pour "s'informer au même titre que les malonnois". IMG_4386 (Copier).JPGIl a pris la parole et s'est dit plus pessimiste que Maxime Prévot. Il pense en effet que la cour de cassation va confirmer la libération conditionnelle de Michelle Martin et a conclu en invitant tout le monde à la prochaine marche du 19 août à Bruxelles, une marche qui, espère-t-il, se déroulera "dans la sérénité et la dignité, sans groupuscules qui viendront la polluer". Les différents sujets abordés par les malonnois concernaient entre autre leur sécurité personnelle, la canalisation des manifestations à venir, les conditions "de liberté" de Martin dans le cadre de sa libération conditionnelle. Dans les réponses de Monsieur Prevot, nous avons pu noter que Martin ne sera pas "cloîtrée" au monastère et ne sera pas assujettie au port du bracelet électronique étant donné qu'elle sera libre. La sécurité des riverains sera assurée par des rondes de la police mais n'exclut pas une demande au niveau fédéral. Quant à la question concernant les allocations qu'elle pourrait percevoir, aucune réponse précise n'a pu être donnée, supputation est faite qu'elle pourrait percevoir le revenu d'intégration sociale alloué par le CPAS. Une chose est certaine, Martin n'est pas encore arrivée à l'insu des malonnois car il n'existe pas de souterrain donnant accès au cloître.                                         IMG_4391 (Copier).JPG VOIR ALBUM EN ANNEXE

Les commentaires sont fermés.