26/06/2013

Michelle Martin en formation à la Croix-Rouge pour apprendre à... sauver des vies!

789914707_B97626011Z.1_20130620121626_000_GGKTRHCG.1-0.jpgMichelle Martin a passé son brevet de secouriste. «On a accepté Michelle Martin pour une formation premier secours», précise Nancy Ferroni. La semaine dernière, nous vous révélions en exclusivité que Michelle Martin comptait se réinsérer dans le secteur de l’aide aux personnes et réfléchissait même à créer son entreprise. Ce mardi soir, nos confrères de la RTBF ont annoncé que l’ex-femme de Dutroux a suivi une formation à la Croix-Rouge.

«  Ce n’est pas du tout un stage de réinsertion lié à sa libération conditionnelle  », défend Nancy Ferroni, porte-parole de la Croix-Rouge de Belgique.

«  Michelle Martin a fait une demande pour suivre une formation lui permettant d’obtenir le brevet européen de premiers secours. Or, nous n’avons pas à refuser une personne qui a été libérée par la justice et qui est libre de faire ce qu’elle veut. Si Michelle Martin veut suivre un cursus universitaire, elle peut le faire. C’est la même chose avec les formations que la Croix-Rouge propose.  »

Pas de cours en solo

Lorsqu’elle a appris à prodiguer les premiers soins, Michelle Martin n’a pas bénéficié d’un régime particulier : «  C’est une formation, de quinze heures, qui a probablement été suivie à Namur », ajoute Nancy Ferroni.« Elle se donne par petits groupes de sept ou huit personnes. Michelle Martin n’a pas bénéficié d’un traitement particulier. On y apprend le b.a.-ba de la réanimation cardiopulmonaire, du traitement des brûlures et des plaies simples ou encore les notions d’état de conscience et d’inconscience d’une victime.  »

Si Michelle Martin a passé son brevet de secouriste, elle ne va pas pour autant vous sauver la vie lors d’un événement où sont déployés les bénévoles de la Croix-Rouge.

«  On a accepté Michelle Martin pour une formation premier secours », précise Nancy Ferroni. « Il existe d’autres formations qu’elle peut suivre comme celle de secouriste. Mais si ces formations devaient se prolonger par autre chose, il est évident qu’une réflexion s’entamerait. Mais c’est un tout autre problème et ce n’est pas le cas.  »

Enfin, un « groupe de réflexion pour la réinsertion de Michelle Martin » a été mis en place. Face aux difficultés, il vise à aider l’ex-femme de Dutroux pour qu’elle retrouve un emploi et un avenir. Le magistrat honoraire namurois, Christian Panier, récemment engagé en politique au PTB, en fait partie.

Guillaume Barkhuysen http://www.lameuse.be

Commentaires

Du moment où elle n'est plus détenue par la justice, pourquoi ne suit-elle pas sa formation ? Avant tout, elle a aussi des droits.

Écrit par : ESAD | 02/07/2013

Les commentaires sont fermés.