27/06/2013

Un comité cherche du travail pour Michelle Martin: elle a failli travailler dans une école d'alphabétisation pour adultes

images[10] - Copie.jpgSuzanne Moreau, magistrate honoraire à Namur, fait partie d’un groupe de réflexion qui a vu le jour spontanément pour trouver des solutions de réinsertion pour Michelle Martin.Mme Moreau, que nous avons contactée hier, avoue que la tâche est particulièrement ardue et que toutes les pistes possibles sont explorées. « On a dit beaucoup de choses inexactes sur Michelle Martin. Elle essaie réellement de trouver du travail. Elle est à la recherche d’une autonomie et elle veut commencer à rembourser ses victimes. Elle est prête à accepter n’importe quoi mais les portes ne s’ouvrent pas. C’est une femme intelligente, qui a un certain bagage. Elle a un diplôme d’institutrice et elle a continué des formations en prison. Mais deux obstacles font barrage à sa réinsertion : sa réputation et le fait que ce soit la crise. Nous avons tenté de la placer comme institutrice dans une école d’alphabétisation pour adultes. Dans son refus, le directeur n’a pas évoqué le passé de Mme Martin mais il nous a dit « Je dois licencier deux personnes, je n’ai plus de subsides ». Mais c’est généralement sa réputation qui fait barrage. De nombreuses institutions qui ont été contactées ont refusé à cause de son passé.

Passer son brevet de secouriste est une des solutions envisagées pour ouvrir les portes. Elle pourrait par exemple faire du travail de secrétariat à la Croix-Rouge. Je suis convaincue que Michelle Martin peut se réinsérer mais est-ce que la société est prête à l’accueillir ? Madame Martin, en tout cas, ne ménage pas ses efforts. Elle sort régulièrement du couvent pour aller à des rendez-vous. Il faudra bien qu’un jour, une porte s’ouvre. »

Suzanne Moreau rend régulièrement visite aux Clarisses et à Michelle Martin : « Il n’y a aucune tension entre elles. Les sœurs partagent simplement son souci de trouver du travail. »

Retrouvez l’article dans nos éditions de ce jeudi.

Les commentaires sont fermés.