23/10/2013

Le Père Fouettard raciste? Voici la page Facebook qui le soutient...

Sinterklaas_zwarte_piet[1].jpg

Suite à la polémique déclenchée par le Haut-Commissariat des Nations Unies quant à l’image raciste qui pourrait émaner du Père Fouettard, les journaux du groupe Sudpresse ont décidé de créer une page de soutien au Zwarte Piet sur Facebook. Rejoignez-nous, aimez la page, et partagez-la avec vos amis

A l’instar de leurs voisins du nord, les Belges peuvent ainsi défendre l’existence du complice de Saint-Nicolas en aimant la page « Soutenez le Père Fouettard ».

CLIQUEZ ICI POUR REJOINDRE NOTRE PAGE FACEBOOK

Ces dernières années, le Père Fouettard est devenu l’objet de polémiques. Affublé de son costume médiéval, coiffé d’une perruque afro et le visage peint en noir, l’ami de Saint-Nicolas est considéré, par ses détracteurs, comme un stéréotype raciste.

En janvier dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (NRC) a reçu de nombreuses plaintes sur son site web. Pour beaucoup, « le Père Fouettard perpétue une vision raciste et stéréotypée du peuple africain et des personnes d’origine africaine qui apparaissent comme des citoyens de seconde zone. »

Suite à ces réclamations, le NRC, basé à Genève, a envoyé un questionnaire aux Pays-Bas où le « Zwarte Piet » est une figure emblématique. Les quatre enquêteurs de la commission sont chargés de découvrir dans quelle mesure le gouvernement a impliqué la société néerlandaise, y compris les Africains dans le choix du Zwarte Piet et de Saint-Nicolas comme symboles culturels. La réponse du gouvernement néerlandais est attendue pour le mois prochain.

Chaque année, un peu avant la Saint-Nicolas, le troisième samedi de novembre plus exactement, les Néerlandais organisent un festival célébrant la venue du Père Fouettard dans la contrée de nos voisins. Selon la tradition, le Père Fouettard quitte l’Espagne sur un bateau chargé de cadeaux pour arriver aux Pays-Bas. En attendant la réponse du bourgmestre d’Amsterdam, il a été demandé à la ville de révoquer la tenue du festival cette année.

A l’annonce de cette nouvelle, les esprits s’échauffent aux Pays-Bas. Les partisans du Père Fouettard sont nombreux et ont demandé à ce qu’on laisse les enfants profiter des fêtes de Saint-Nicolas, dont la tradition dans le pays remonte au 16 ème siècle, avec une première apparition du Zwarte Piet dans les années 1850.

Une page Facebook a été créée par plusieurs mécontents en guise de pétition et ce dans le but d’éviter de voir Saint-Nicolas se séparer de son acolyte de toujours.

En un jour, la page a recueilli plus d’un millions de « J’aime » et est devenue la page la plus « aimée » du réseau social aux Pays-Bas. « Cette page a pris une ampleur incroyable », explique Joost Lasschuit , co -fondateur de « Fanrise », un organisme statistique chargé d’analyser d’où proviennent le nombre de « J’aime » sur les pages Facebook. « Parmi ce million de ‘J’aime’, 800.000 ont été émis par des Néerlandais » poursuit-il dans Het Laatste Nieuws. Un engouement qui montre définitivement l’attachement que porte le pays pour le Père Fouettard.

Mais nos voisins du nord ne sont pas les seuls à vouer une importance toute particulière aux traditions ! En Belgique aussi, le Père Fouettard est devenu, au fil des ans, un personnage populaire et les réactions quant à sa possible disparition sont également très vives.

C’est pourquoi, dans le but de faire connaître l’estime qu’ont les Belges envers le Père Fouettard et afin d’éviter que son image ne disparaisse, les journaux du groupe Sudpresse ont décidé de créer une page de soutien au Père Fouettard que nous vous invitons à « liker » dès maintenant.

Les commentaires sont fermés.