27/11/2013

Rencontre avec Marvyn Henrard

2.JPGSuite au passage de son dossier, ce mardi, au tribunal de Namur , nous avons rencontré Marvyn Henrard afin qu'il puisse donner sa version des faits qu'ils lui sont reprochés. « Il est vrai que je n'ai pas été chercher un recommandé à la poste et je regrette sincèrement de ne pas avoir eu date de mon passage au tribunal, j'en suis désolé.» Marvyn est ému et cherche ses mots « je suis surpris et stupéfait avec le prononcé qui est fait à mon encontre. C'est des faits qui remontent à plus de trois ans et je suis abasourdi pour les faits de violence et de harcèlement vis à vis de ma petite amie. Ok, j'ai fais des erreurs et je le reconnais, mais aujourd'hui cela a bien changé. » Le regard franc et droit dans les yeux il poursuit,  « pour la conduite cela fait plus d'un an que je suis calmé car j'ai pris mes responsabilités en créant ma propre société. A ce sujet, je souhaite faire taire toutes les rumeurs qui courent à mon encontre. Oui je roule dans de superbes voitures, c'est vrai, mais je ne dois rien à personne sauf à un accident de la vie que j'ai connu à l'âge de douze ans. C'est grâce aux indemnités versées par les assurances suite à mon traumatisme que j'ai pu monter mon entreprise, et de construire mon propre avenir en toute indépendance. » A cet instant arrive Elina, la petite amie de Marvyn qui poursuit « pour le harcèlement et la violence, c'est dingue... Pour l’embêter et la faire enrager j'ai effectivement «enlevé » son chat pendant quelques heures et elle a été porter plainte. » Marvyn croise le regard d'Elina qui précise « C'est stupide, j'ai agi comme une gamine en allant porter plainte. Plainte que j'ai souhaité retirer rapidement mais il était trop tard. Nous sommes toujours ensemble et tout va pour le mieux entre nous. Nous avons agi comme des enfants gâtés mais nous sommes devenus grand. L'avenir est devant nous pour le meilleur » Conclu Elina en regardant tendrement Marvyn.

Serge Oger

Michèle Martin:En ce moment sur Sudinfo +: "J'ai peur qu'on me vire de mon appart' pour y mettre Michelle Martin"

1350410471_B971495614Z.1_20131127182308_000_GUH1IU4PH.1-0.jpgMichelle Martin, domiciliée à Malonne, chez les Soeurs Clarisse, va bientôt devoir déménager en raison du départ des religieuses du couvent namurois. Il se chuchote qu’elle pourrait intégrer un appartement à Jambes, comme on peut le lire en exclusivité ce mercredi soir dans Sudinfo +, notre nouveau journal numérique.Michelle Martin ira-t-elle vivre dans l’appartement jambois que possède son ami le curé Georges Lamotte? C’est en tout cas ce que craignent ses locataires actuels.

Mais ces derniers n’en veulent pas, comme ils nous l’ont expliqué en exclusivité. 

Adrien de Marneffe

22/11/2013

Un poil à gratter comme il y a longtemps.....

IMG_3920.JPGTout passe, tout lasse … sauf les glaces !

 La glace arrive avec les premiers frimas, le blog se gèle aussi depuis un certain temps, et ce malgré l’été indien dont nous avons profité. Un recadrage de son actu depuis que la main a été passée pour revenir à des informations locales n’apporte pas grand chose comme satisfaction à sa  rédactrice… Fait est de constater que les chiffres sont en baisse (chiffre de visiteurs et non celui d’affaire, malheureusement…). Que sont devenues les infos des clubs sportifs ? Que sont devenus les calendriers des différentes manifestations prévues dans la localité ? Qui parlera ou annoncera en temps réel, les fêtes locales, les expos et les jeux de village ? Le but du blog est justement de donner le reflet d’un patelin actif (je dis patelin et je signe…). Quand le blog traitait de MM, il était génial !  (malgré les, euuhh, fortes pressions des personnes bien pensantes) et il a résisté…  Quand une jeune fille se fait renverser par un chauffard sur le chemin de l’école au petit matin, tout le monde s’insurge pendant deux jours mais ces personnes n’apportent aucune aide pour retrouver le chauffard… Aujourd’hui, des gamins de six à dix ans, juchés sur des vélos qui ne sont pas adaptés à leur taille, s’entrainent sur des routes ouvertes à la circulation, malgré la pluie et le froid, avec un dossard sur le dos, et sont obligés de s’engager (aux heures de pointes matinales) au milieu de la circulation dans le rond point de la chaussée de Charleroi sous l’œil (encore faut qu’il soit ouvert) d’un volontaire planqué dans un abribus. Ceci sous le couvert d’une école ( ???) malonnoise. Bientôt le blog refera les faits divers quand un gamin passera sous les roues d’un véhicule quand il aura glissé au beau milieu du carrefour… Les chiffres de visiteurs augmenteront mais cela n’apportera plus rien car il sera trop tard….

 

Serge oger

20/11/2013

Une malonnoise, Claudine Anciaux expose à la Meunerie à Hastière Lavaux

PID_$889665$_66034fb8-46ef-11e3-ab83-a6eedd570579_original[1].jpgClaudine Anciaux

« Traits de cœur et d’esprit »

Au Moulin, havre de tendresse, de paix et d’harmonie, Claudine Anciaux vous dit par sa peinture le plaisir raffiné que les mots ne peuvent exprimer et que le cœur contient… ! Arpège de lune sous des claviers d’étoiles, cristal de fontaines qui chantent, votre rêve s’idéalise et tout s’exprime en d’ineffables nuances. Elle vous invite dans le jardin secret merveilleux que chacun porte en soi pour partager son rêve de peintre sans cesse pensé et travaillé, sa passion, sa vie d’Artiste.

A la Meunerie -  Route d’Anthée à Hastière-Lavaux

Du 1er octobre au 31 décembre 2013.

Journée internationale des droits de l'enfant

La journée internationale des droits de l'enfant est la date anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant le 20 novembre 1989 par 191 pays.

images[2].jpgEn 1954, l’Assemblée générale des Nations unies recommande que tous les pays instituent une Journée mondiale de l’enfance, sans pour autant en fixer le jour[. Le choix du 20 novembre fait référence à la Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989, dont la date fait référence à la Déclaration des droits de l'enfant du 20 novembre 1959.

À cette occasion, un certain nombre d'événements sont organisés par les acteurs du monde de l'enfance.

19/11/2013

Michelle Martin va faire du droit en cours du soir à Namur

Michelle Martin va faire du droit en cours du soir à Namur: "Elle veut un statut autre... que celui d'une femme condamnée"

Comme nous le révélions en exclusivité dans nos éditions dominicales, l’ex-épouse de Marc Dutroux, qui peine à retrouver un emploi, souhaite désormais suivre des études de droit en cours du soir à Namur. La juge Suzanne Boonen-Moreau nous confie tous les espoirs que cela représente.

GetAttachment[1].jpgMichelle Martin suivra les cours à l’ESA, l’Ecole supérieure des Affaires de Namur. Il s’agit de cours de promotion sociale, qui peut déboucher au bout de trois ans sur un graduat permettant de travailler comme assistante juridique, dans un cabinet d’avocat, dans une étude de notaire… Ces cours se donnent le soir et le samedi, dans des classes d’élèves assez classiques.

La juge Suzanne Boonen-Moreau fait partie du collectif de bénévoles entourant Michelle Martin pour l’aider à tenter de refaire sa vie. Elle s’exprime, ce lundi, dans nos éditions sur le choix de Michelle Martin. Extraits choisis :

« Les études de droit, cela donne beaucoup de rigueur, de capacité de réflexion aussi. Et son inscription, j’espère, va participer à lui donner ce qu’elle recherche depuis longtemps, à savoir un statut autre que celui d’une femme condamnée, qu’elle continue à porter. » www.lameuse.be