02/08/2014

Michelle Martin veut quitter le couvent de Malonne: "Elle a les capacités pour vivre seule"

IMG_4484 (Copier).JPG«Michelle Martin voudrait quitter le couvent de Malonne, nous indique l’une de ses connaissances qui œuvre à la réinsertion de l’ex-femme de Dutroux. Ce n’est pas là sa vie. Elle a toutes les capacités pour vivre seule. Les capacités mentales, intellectuelles et psychologiques. Sa place, son avenir… n’est pas dans une communauté religieuse. Elle n’est pas religieuse, elle n’est pas entrée dans les ordres!»

Deux ans après avoir obtenu sa libération conditionnelle du Tribunal d’application des peines de Mons, Michelle Martin aspire à autre chose et commence à trouver le temps long. « Elle est très reconnaissante envers les sœurs qui l’ont accueillie, ne me faites pas dire ce que je ne veux pas dire », ajoute cette source. Michelle Martin n’attendrait donc pas le déménagement des Clarisses (qui ne se ferait pas avant 1 an et demi, NDLR) pour demander au TAP une nouvelle adresse. Pour aller où ? Mystère.

Pour l’heure, « Thérèse » Martin, comme elle se fait appeler à l’Ecole Supérieure des Affaires de Namur, étudie. Elle a deux examens à repasser fin août en 2e session (compta et droit constitutionnel). En cas de réussite, il lui restera deux ans à suivre en cours du soir pour obtenir son bachelier en droit. « Cela lui laisse du temps pour travailler la journée. Elle cherche un boulot », poursuit cette source.

Les portes, qui se sont toutes fermées jusqu’ici, commenceraient-elles à s’ouvrir ? « Elle ne se sent toujours pas en sécurité, surtout après l’épisode d’Andenne où des gens ont voulu organiser une manif contre elle. En deux ans, elle a fait du chemin : elle est intelligente, persévérante. Mais elle fait un pas en avant et… deux en arrière. Elle préférerait que les médias ne parlent plus d’elle ! »

L’enquête namuroise avance bien

Du côté des parties civiles, chaque date anniversaire résonne durement.

« Ce 24 juin, cela fait 19 ans que d’ignobles personnes kidnappaient ma fille Julie et son amie Melissa », écrivait ean-Denis Lejeune, il y a un mois sur son mur Facebook. Lundi, Gino Russo, le papa de Melissa, illustrait sa page d’accueil d’un émouvant dessin d’enfant montrant deux fillettes main dans la main… Du côté de la famille Lambrecks, on n’abandonne pas la bataille judiciaire. Le papa et le frère d’Eefje espèrent toujours faire condamner Michelle Martin pour organisation frauduleuse d’insolvabilité. L’enquête relative à son patrimoine et à l’héritage de sa mère (auquel elle a renoncé), dirigée par la juge d’instruction namuroise Bourgeois, avance bien. « Il y a eu de gros efforts de la police qui a fait un énorme travail sur ce dossier », apprend-on de source sûre.Dix-neuf ans après la mort des enfants, deux ans après la libération de Michelle Martin, chacun cherche son chemin...  http://www.lameuse.be

Les commentaires sont fermés.